envih

La séropositivité est encore sujette à la stigmatisation et aux jugements qui peuvent parfois exposer au rejet. Cela pourrait expliquer le malaise ressenti parfois lorsque la question du dévoilement se pose dans les diverses situations de la vie.

  • –  Dire ou ne pas dire sa séropositivité ?
  • –  Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses, il y a un choix. Que l’on fait.
  • –  Ce choix est loin d’être facile ou anodin.
  • –  Il est la « réponse » à de nombreuses questions que nous avons.
  • –  Comment se sentir à l’aise
    • avec notre choix ?
    • et avec notre manière de communiquer sur ce sujet ?

Méthode

Ce séminaire sera animé suivant la méthodologie des Méthodes d’Action selon J.L. Moreno. La journée s’effectuera dans un espace interactif et dynamique permettant par l’action, d’exprimer, d’expérimenter, d’exercer des manières d’être et des manières de faire, et ainsi, d’élaborer plus aisément une réflexion, d’évaluer les possibles et de s’ancrer constructivement dans les choix quenous faisons.

Intervenants

Norbert Apter (harvard, M.Ed.)

Pionnier du Psychodrame Humaniste en Suisse Romande, Norbert Apter est psychothérapeute reconnu au niveau Fédéral (CH, accrédité formateur en Psychothérapie Centrée sur la personne(Carl Rogers) et en Psychodrame Humaniste (J.L. Moreno)). Directeur de l’Institut ODef (www.odef.ch), il est aussi conférencier international et auteur de nombreux articles en françaiset en anglais. Il est intervenu ces dernières années dans plus d’une vingtaine de pays. Plus dedétails www.norbertapter.ch

Dr Stéphane With-Augustin

Docteur en psychologie et spécialiste en psychothérapie FSP/ASP (reconnu au niveau fédéral), Stéphane With-Augustin est psychologue associé au Checkpoint Vaud et chargé de cours àl’université de Genève. Il est formé au psychodrame humaniste (J.L. Moreno) et aux thérapiesbasées sur la mentalisation (TBM).

Détails pratiques

Séminaire ouvert aux personnes séropositives, à leur partenaire et à leurs proches

Date: samedi 8 décembre 2018 de 9H00 à 17H00
Adresse: Avenue Georgette 1, 1er étage | 1003 Lausanne
Prix: 30 francs par personne (possibilité d’adapter le prix sur demande)
Inscription sur www.envih.ch ou 021 555 20 08
Participation de 6 à 10 personnes

Durant tout le mois de novembre, le test VIH à résultat rapide est à 10 CHF dans les centres participants.

 

Le dépistage, c’est (toujours) le seul moyen d’être sûr.

Après au moins 30 jours sans risque de contracter le VIH, il est temps de faire le point.

Informations et liste des centres sur www.drgay.ch/securion

  • A Lausanne, dépistage sans rendez-vous au Checkpoint Vaud les lundis (12h00-16h00), mercredis et vendredis (16h00-20h00).
  • Il est également possible de prendre un rendez-vous à la PMU (CHUV) ou dans l’un des centres de santé sexuelle de Profa à Lausanne, Renens, Yverdon, Nyon, Morges, Vevey, Montreux et Aigle.

#Securion est une campagne de l’Aide Suisse contre le Sida à destination des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes.

#VIH #Depistage #HIV #GetTested #KnowYourStatus

Voici le programme pour l’inauguration des nouveau locaux:

20 avril 2018 dès 19h00

rue Pépinet 1, Lausanne

 

Programme

18:30
Ouverture des portes et visite des locaux

19:00
Présentation VoGay
Laura Piccand, directrice des Projets Jeunes

19:15
Engagement politique
Léonore Porchet, députée au Grand Conseil

19:30
Quelques éléments sur la santé des jeunes lesbiennes et bisexuelles.
Sylvan Berrut, MPH, responsable santé pluriELLES (LOS), membre du comité (Santé sexuelle suisse)

19:45
Les jeunes gays ; plus stressé, plus en détresse et moins dotés de ressources psychosociales ?
Jen Wang, Responsable de recherche à la DISA (CHUV)

20:00
Santé et enjeux des jeunes Trans*
Adèle Zufferey, Psycologue, clinicienne et intervenante sociale (Fondation Agnodice)

20:00
Conclusion et fin de la partie officielle
Mehdi Künzle, Président de VoGay

Cultüre

20:15
Queerwalk
Greta Gratos, artiste, personnage et icône de la culture Queer romande.

20:30
Extraits inédits de la comédie musicale « OUT ! »
Étudiant.e.s de la haute école de musique VD

20:45
Apéritif Networking

22:00
Fin du programme

 

Après de belles et nombreuses années de service, Ciné Qlüb change de peau et devient PopCorn.

Le scénario reste cependant le même et les acteurs principaux sont toujours à l’affiche: des projections de film LBGTIQ, organisées par VoGay et Lilith, en collaboration avec le cinéma Oblò.

Tous les autres détails concernant PopCorn sont disponibles sur sa page.

De la pellicule plein les yeux…

Notre équipe a sélectionnée des films épatants pour accompagner les mois d’automne et d’hiver. Mais n’hésite pas à nous faire part de vos envies ou suggestions: elles seront toujours les bienvenues.

Tous les détails concernant PopCorn, ainsi que le programme, sont disponibles sur sa page.

Lors de son Assemblée générale du 14 juin 2017 organisée dans ses locaux à Lausanne, les membres ont choisi et élu le nouveau Comité de l’association.

Il compte six membres, trois nouveaux entrants et trois sortants. Il est composé de Bertrand (sortant), Christopher (sortant), Mehdi (sortant) ainsi que de Franck, Jezabel et KeKo.

Des objectifs ambitieux pour une équipe motivée

Le nouveau Comité sait que d’ambitieux objectifs attendent VoGay durant ces prochains mois et de nombreux rendez-vous et projets viendront agrémenter l’agenda.

Conscient de la situation, le Comité a fait part de son enthousiasme, de sa motivation et de sa volonté de relever ces nombreux défis et s’est dit réjouit de pouvoir s’appuyer sur la complémentarité des compétences présentes au sein de l’équipe.

La répartition des rôles

Les diverses fonctions au sein du Comité ont été confiées comme suit:

  • Medhi Président
  • Jezabel Secrétaire
  • Bertrand Trésorier
  • Christopher › Membre du Comité
  • Franck › Membre du Comité
  • KeKoMembre du Comité

Le 30 Avril, le canton de Vaud élira un nouveau Parlement.  Le rendez-vous électoral donne la possibilité aux personnes LGBTIQ d’élire un Parlement plus proche des droits humains et de leurs revendications, avec des député.e.s et conseiller et conseillères d’État et qui s’engagent pour l’égalité sociale et juridique des personnes LGBTIQ. À cet effet, nous devons être conscient.e.s de l’importance de notre participation et savoir quel.le.s candidat.e.s méritent nos voix. Voici quelques informations pour t’aider dans ton choix.

En savoir plus:

http://www.vaud.lgbt

pour soutenir la campagne contre l’initiative du PDC

Fondée le 29 août 2015, l’association Pro Aequalitate s’engage pour l’égalité des droits des lesbiennes, les gays, les personnes bisexuelles, transgenres et intersexuelles (LGBTI) dans le cadre de referendums et d’initiatives populaires. Premier combat de l’association : contrer l’initiative discriminatoire « Pour le couple et la famille – Non à la pénalisation du mariage » du PDC, qui vise à inscrire dans la Constitution suisse le mariage comme étant l’union durable entre un homme et une femme. Pour gagner son premier combat, Pro Aequalitate nous pourrait le faire sans vos dons de soutien.

Chaque franc compte : appel aux dons pour la campagne
Plus de dix ans ont passé depuis la votation de la loi sur le partenariat enregistré qui demeure la seule possibilité pour les couples de même sexe de s’unir. Après tout ce temps, les lesbiennes, gays, bisexuel.le.s et personnes trans sont toujours assimilé.e.s à des exceptions. Leur situation légale n’est toujours pas la même que pour les hétérosexuel.le.s. Cette discrimination juridique n’est pas acceptable dans un état de droits comme le nôtre. Combien de temps encore va-t-on continuer de traiter les personnes LGBT, tout de même cinq pourcent de la population, comme des citoyen.ne.s de deuxième catégorie?

On veut faire taire la discussion publique
Plus de dix ans après la votation de la Loi sur le partenariat enregistré, le temps est venu que le peuple suisse se prononce sur la question de l’ouverture du mariage civil aux couples de même sexe. Mais ce débat pourrait ne pas avoir lieu en cas d’acceptation de l’initiative du PDC.

Le PDC veut ancrer cette discrimination juridique dans la Constitution
Le 28 février 2016, la Suisse votera sur une initiative du PDC qui vise à interdire le mariage civil pour toutes et tous. Cette initiative populaire intitulée officiellement « Pour le couple et la famille – non à la pénalisation du mariage » est trompeuse. Sous couvert de vouloir abolir la pénalisation fiscale des couples mariés, elle a aussi pour but d’inscrire dans la Constitution fédérale la définition du mariage comme étant celle « de l’union durable entre un homme et une femme ».

Travailler de concert pour éviter l’anéantissement d’années d’efforts
Si le peuple suisse accepte cette initiative, plusieurs années d’efforts en vue d’une ouverture du mariage civil pour toutes et tous seront anéanties. En effet, les votant.e.s ne pourraient se prononcer sur le « mariage pour tous » que si, auparavant, une votation populaire abrogeait la définition discriminatoire du mariage inscrite dans la Constitution fédérale suite à l’acceptation de l’initiative du PDC.

Un don dès maintenant pour la campagne du NON
Pour empêcher ce blocage à long terme, le soutien de toutes les personnes LGBT et de leurs amis, parents et famille est nécessaire. En effet, une campagne forte pour dire NON à l’initiative discriminatoire du PDC n’est possible que si les fonds nécessaires sont réunis.

Merci d’avance pour votre indispensable don à verser sur le compte de l’association Pro Aequalitate:

CCP 89-114704-4
Pro Aequalitate
3000 Bern

L’association Pro Aequalitate s’engage pour l’égalité des droits des lesbiennes, des gays, des personnes bisexuelles, transgenres et intersexes (LGBTI) dans le cadre de référendums et d’initiatives populaires. Elle a été fondée par plusieurs associations LGBT, mais est ouverte à d’autres organisations qui peuvent en devenir membres.

 

Exposition & Table ronde

A l’occasion de son passage en Europe, VG à le plaisir de recevoir Sophie Labelle auteure militante du BD-Blog “Assignée Garçon”.

Exposition
A partir de 14h00, venez découvrir le travail de Sophie Labelle et discuter autour de planches extraites de son BD-Blog Assignée Garçon

Table ronde
A 18h00, Sophie Labelle sera rejointe par des jeunes trans’ ainsi que par un•e représentant•e des ressources à leur disposition en Suisse.

Avec le public, ils.elles.Illes pourrons ensemble échanger autour des réalités actuelles vécues par les personnes trans’ et en particulier des jeunes, en Suisse et au Québec.

Rejoignez-nous pour combattre l’initiative rétrograde du PDC contre le mariage pour tou.te.s

Appel à bénévoles (stands et tractages)

  • Entre le 2 et le 17 février 2016 en gare Vevey, Montreux, Nyon, Yverdon-les-Bains et Lausanne: Nous aurions besoin de mobiliser quelques personnes pour distribuer les flyers édités dans le cadre de la campagne nationale.
  • A Lausanne, les samedis 30 janvier (Palud), 6 février (Haldimand), 13 février ( St-François) et le 20 février 2016 (Palud): Nous tiendrons un stand : certain-e-s discuteront avec le public, d’autres serviront le thé chaud, d’autres distribuerons des flyers.

L’acceptation de l’initiative populaire fédérale “Pour le couple et la famille – Non à la pénalisation du mariage” ferait entrer dans la Constitution fédérale une conception étroite, conservatrice et obsolète du mariage limitée à la seule «union durable entre un homme et une femme».

Cette conception exclut de fait les unions de même sexe et est discriminatoire à l’égard des personnes ayant une autre orientation sexuelle. Elle compromet également de futures étapes d’ouverture en matière de politique sociale et familiale.

Avec nos plus reconnaissants messages pour votre soutien.
Pour les associations Lilith et VoGay

Comment participer à la campagne:

Lire le PDF

 

24Heures – 12 octobre 2015

Annoncer son homosexualité à ses proches reste difficile. VoGay fait campagne

Lorsqu’il évoque son coming out, Noé salue l’ouverture d’esprit de ses parents. «Je sortais avec des filles ; je n’imaginais absolument pas être gay. Tout a changé après un voyage aux Etats-Unis. Ma mère a été très réceptive, très compréhensive. J’ai de la chance.»

Le Coming Out Day a été célébré hier aux quatre coins de la planète. Cette Journée annuelle a été mise sur pied après la Marche pour les droits des gays et lesbiennes à Washington, qui s’est déroulée le 11 octobre 1987.

«Aujourd’hui, la société est plus acceptante, reconnaît Florent Jouinot, coordinateur des Projets Jeunes pour l’association vaudoise VoGay. Mais les actes et insultes homophobes restent fréquents. Les jeunes n’ont pas peur de perdre leur travail parce qu’ils sont homosexuels; c’est par leur entourage qu’ils craignent d’être rejetés. Le coming out est l’aboutissement d’un long parcours très stressant.»

Les bénévoles de VoGay ont fait campagne la semaine dernière pour sensibiliser les familles et faire connaître l’existence des Groupes Jeunes. «Distribuer des flyers a renforcé mon estime de moi-même et ma fierté d’être homo, témoigne Sacha, 19 ans. Il faut que les ados sachent qu’ils ne sont pas seuls.» Son coming out remonte à ses 14 ans. «Je viens d’une famille de Témoins de Jéhovah, donc c’est compliqué. Mes parents ne l’acceptent pas très bien. Je leur laisse le temps.»

Parfois, les choses se passent mieux que prévu. Lorsque Noémie s’est décidée à se confier à sa famille, l’adolescente subissait quotidiennement des agressions dans son école. «J’ai fait l’erreur d’en parler à une amie et elle l’a dit à tout le monde. Je me faisais insulter, taper à la fin des cours. J’ai appelé ma mère en lui disant: «Promets-moi de ne pas me mettre à la porte. Je crois que je suis lesbienne.» Elle m’a répondu : «Ah bon, ce n’est que ça ? Mais ça m’est égal!» Pareil avec mon père. J’ai changé d’école et tout s’est arrangé.»

Peur pour eux
Peur pour eux «Mes parents m’ont posé beaucoup de questions mais je ne peux pas leur en vouloir, explique Melissa. Ils ne connaissent pas alors ils ont peur. Ma mère flippait que je me fasse agresser dans la rue si je tenais la main à une fille.»

«Certains parents craignent que leur enfant soit la cible de violences, confirme Florent Jouinot. Les rejets familiaux sont très rares, heureusement. Le déni, par contre, est fréquent. Cette idée que «ça va passer»».

A la fin du mois, Renens accueillera la Semaine d’actions contre l’homophobie, la transphobie et le sexisme.

Texte: Marie Nicollier
Photo: Vanessa Cardoso