Prise de position

Plusieurs dénonciations nous sont parvenues ces derniers jours sur des violences sexistes et sexuelles ayant eu lieu lors des activités de l’association Axios. Le Comité et l’Assemblée Générale de cette dernière étant au courant et ayant jusqu’alors choisi de ne donner aucune suite aux demandes des victimes, nous met dans l’obligation de cesser toute collaboration.

En effet, en 2020, l’organisation nous avait sollicité pour soutenir la mise en place de ses activités sportives safe et inclusives. Dans le cadre de notre mission de promotion de la santé communautaire et en raison du manque de ce type d’espaces nous avons évidemment, comme plusieurs autres entités, soutenu le projet. Désormais Axios accuse les victimes de diffamation et a supprimé l’entièreté des termes de notre partenariat sur son site internet sans la moindre communication. Suite à notre demande Axios nous a sommairement rendu compte de leur gestion de cette situation, que nous évaluons comme insuffisante voir nonchalante au vue des allégations. Force est de constater que dans les faits, Axios a failli à tous ses engagements.

Il ne s’agit pas par la présente de blâmer l’ensemble des personnes impliquées au sein d’Axios ou de tirer sur une ambulance, mais de rappeler les principes fondamentaux de notre association pour l’ensemble de nos partenaires actuels et futurs.

VoGay croit et soutient toutes les personnes ayant subi des violences. Par sa ligne d’écoute, sa permanence et l’ensemble de ses équipes, VoGay se tient à leur disposition. Nous condamnons toutes formes de violences et surtout les violences basées sur le genre ou l’orientation affective et sexuelle et nous réservons le droit d’engager ou soutenir toute action judiciaire selon l’évolution de la situation.

Le Comité
Le Secrétariat Général, Manu et Sara

IDAHOT 2021: International Day Against Homo, bi and transphobia

Super comme tu es
La SUPER campagne pour plus d’estime de soi – et des dépistages abordables
Super comme tu es

De nombreuses personnes de la communauté sont sous pression et donc malheureuses: les hommes gay, bisexuels et transgenres n’ont pas une très haute estime d’eux-mêmes. Beaucoup ont de la peine à s’accepter tels qu’ils sont. Dr Gay veut changer les choses. Avec un grand nombre de partenaires de la communauté, il fait un premier pas dans ce sens et déclare: «T’es super comme tu es!»

Super comme tu es
La SUPER campagne 2020 allie ce message important pour la communauté à une offre spéciale de dépistage.
Des dépistages réguliers permettent de se sentir mieux pendant les rapports sexuels. En septembre et octobre, tous les hommes (gays, bi, trans et queer) ayant des rapports sexuels avec des hommes peuvent profiter d’un dépistage du VIH, de la syphilis, de la chlamydia et de la gonorrhée pour seulement 40 CHF. Venir faire le dépistage avec un•e ami•e c’est encore mieux.
Tu trouveras ici, la liste des centres de dépistage:
Super comme tu es

« Je me suis sentie plus légère. (…) Je pouvais enfin être moi-même. »

Dans son panel d’outils d’action pour lutter contre l’homophobie et la transphobie, l’association VoGay développe, à belle allure, son champ d’intervention axé sur la sensibilisation en milieu scolaire, parascolaire et professionnel. Elle offre un accompagnement sur mesure adapté aux besoins et aux souhaits de ses partenaires. Construisant, ainsi, des projets forts au plus proche des réalités dans la prévention des discriminations liées à l’orientation sexuelle et/ou à l’identité de genre. Ces actions répondent à la conséquence sociale qu’entraîne un environnement délétère n’offrant pas encore à chacun·e l’ouverture, l’acceptation et l’égalité nécessaire à la dignité. Sandrine Cina en parle avec beaucoup de justesse dans sa conférence TEDx Talks : « (…) Pour beaucoup de ces jeunes, le décalage entre ce que pense la société d’eux et ce que ces jeunes ressentent être est insupportable. À cela s’ajoute, le harcèlement dont ils sont victimes. (…) Une personne qui ne parle pas de sa vie privée a plus de difficulté à s’intégrer. Et on connaît les conséquences d’une mauvaise intégration : baisse de la motivation, absentéisme, stress, voir même dépression ».  Les enquêtes populationnelles menées en Suisse[1]montrent que les jeunes LGBTQ+ sont plus fortement exposé·e·s à différentes formes de violence et de harcèlement. Les chiffres sont alarmants avec quatre à cinq fois plus de probabilité pour un·e jeune LGBTIQ+ de faire une tentative de suicide. Il s’agit d’un problème de santé publique d’ampleur qui mériterait une action politique à la mesure.

Dans un effort de prévention des discriminations, l’Établissement Secondaire de Renens collabore avec VoGay depuis 2015. Chaque année, l’association intervient dans le cadre d’une semaine de sensibilisation. L’objet de cet article est de partager le témoignage de Mel[2], élève en 10èmeannée au Collège de Renens, pour qui l’intervention en 2018 a joué un rôle important dans son parcours. Mel espère pouvoir aider les autres jeunes LGBTIQ+ en partageant son expérience. Elle décide donc de nous parler à cœur ouvert et nous la remercions grandement pour son précieux témoignage.

« Il y a eu un espace de discussion et on a vraiment pu parler de tout ça. »

Comment se passe l’école ?

Dans mon ancien collège à Crisser, dès qu’il y avait une personne qui sortait de la norme ce n’était pas normal. Le collège de Renens est assez ouvert. Bon, je ne veux pas dire que c’est accepté, mais la plupart s’en fichent. Je pense aussi que c’est un environnement compliqué. C’est la période de l’adolescence et certains élèves ont peur de la différence. Mais dans l’ensemble, je dirais que ça se passe assez bien.

Comment les choses se passent pour toi dans ta classe ? As-tu rencontré des soucis ?

La première année, ça n’a pas été facile. Alors, je me souviens que je n’en pouvais plus et je crois avoir gueulé… Et depuis, ils ont compris. Ça fait deux ans que je suis dans ce collège. Dans l’ensemble, je me sens en sécurité à l’école. S’il y a un problème, je peux aller voir ma prof ou l’infirmière. 

Comment as-tu trouvé l’intervention VoGay ? Qu’est-ce que tu penses que cela apporte à ton collège ?

J’ai beaucoup aimé les courts-métrages et j’ai aussi beaucoup apprécié qu’il y ait eu des gens pour venir en discuter en classe après. J’ai pu connaître, un peu, les idées de mes camarades. Et puis, il y a eu un espace de discussion et on a vraiment pu parler de tout ça. Durant l’intervention, j’ai trouvé que certains

ne faisaient pas preuve d’intelligence. Ils ont, par exemple, demandé « Pourquoi cela existe ? ». Ils ne comprenaient pas. Et puis, il y a une idée qui m’a beaucoup plu : Si on pouvait choisir notre orientation, on serait tous cisgenre ou hétéro parce que c’est plus simple dans notre société. Oui… J’ai bien aimé cette idée. Après l’intervention, j’ai trouvé que ça a un peu changé en classe. Je pense que ça a un peu ouvert les esprits. Et puis, je savais à quoi m’en tenir avec certains. Par le passé, j’ai été victime de harcèlement à l’école. On me disait, par exemple, que j’étais contre nature, que je n’étais pas normal. Mais à Renens, maintenant, je ne suis plus victime de ce genre de préjugés.

« C’était dit. (…) Après l’avoir dit, on se sent plus légère et on ne se cache plus.»

Considères-tu que les personnes LGBTIQ+ sont acceptées dans ton environnement ?

Ça dépend… Dans ma famille, pour ma mère et ma tante, il n’y a pas problème. Mais du côté de mon père, ma grand-mère paternelle, je ne le sens pas. Ils ne savent pas.

En ce qui concerne mes amis, je n’ai pas besoin de leur dire. Ils le savent. J’ai beaucoup d’amis LGBTIQ+.  Mon meilleur ami est trans’ et ma meilleure amie est bi. Je dirais que 75 % de mes amis sont LGBTIQ+ alors je ne le cache pas. À l’école, j’ai même une camarade de classe qui apprécie ma copine et qui me demande parfois quand est-ce qu’elle revient. Ma petite amie vit en France et elle vient souvent me rendre visite.

Quand et comment se sont passés tes questionnements au sujet de ton orientation sexuelle ?

J’ai su très tôt. Ça doit faire depuis l’âge de 10 ans que je sais et ça n’a pas été difficile pour moi de l’accepter. Je me souviens que petite, parfois, je me disais : « Imagine, je finis ma vie avec une fille… »

Concernant ta situation personnelle, est-ce que cela a été compliqué de le dire ?

Je connais ma mère totalement tolérante. Et puis, je pense qu’elle le savait. Mais c’était mieux que je le dise.

Comment l’as-tu dit ?

Je lui ai dit qu’à l’école, il y avait eu une intervention et que dans les films qu’on a regardés, les parents reniaient leur enfant à cause de leur orientation sexuelle. Elle m’a tout de suite répondu « Oui, je pense que tu l’es ». Et je lui ai rétorqué « Ben, oui ». C’était dit et je n’ai pas eu peur. Après l’avoir dit, on se sent plus légère et on ne se cache plus. Je pouvais enfin être moi-même.

« Il faut vivre sa vie tel qu’on est. »

Que retiendras-tu de toute cette expérience autour de/avec l’association VoGay ?

Je trouve que c’est positif. Et c’est important qu’une association fasse ça dans les écoles. Après l’intervention, je me suis renseignée sur Vogay et j’ai décidé d’y faire mon stage. L’association et ses membres sont hyper accueillants. J’ai pu rencontrer de nouvelles personnes et puis j’ai pu faire de nouvelles expériences aussi. J’ai parlé de l’association à certains de mes amis qui ne connaissaient pas VoGay. À la rentrée, je pense que je retournerai au groupe jeunes avec eux.

Quel message aimerais-tu faire passer ?

Je ne sais pas trop… Il faut vivre sa vie tel qu’on est. Pourquoi se cacher ? Au final, se cacher ça fait seulement se sentir moins bien. Il faut vivre sa vie sans se préoccuper des autres.

Interview réalisé et écrit par Hirow Khoshekdaman,
Août 2019

[1] Lucia S, Stadelmann S, Amiguet M, Ribeaud D, Bize R.Enquêtes populationnelles sur la victimisation et la délinquance chez les jeunes dans les cantons de Vaud et Zürich.Les jeunes non exclusivement hétérosexuel-le-s : populations davantage exposées ? Lausanne, Institut universitaire de médecine sociale et préventive, 2017 (Raisons de santé 279). http://dx.doi.org/10.16908/issn.1660-7104/279

[2] Prénom d’emprunt.